LES DIRIGEANTS DU MONDE DOIVENT CESSER DE FAVORISER L’INEGALITE

Alors que les gouvernements et les chefs d’états se réunissent et réunions, despuis Forum politique de haut niveau des Nations Unies à New York jusqu’au sommet du G7 en passant par l'Assemblée générale des Nations Unies, la lutte contre les inégalités sera à nouveau l'une des priorités. Mais ils ne parviennent pas à faire face à la crise des inégalités.

Cette lettre ouverte a été écrite par le mouvement mondial de lutte contre les inégalités, qui ne cesse de prendre de l'ampleur - pour dénoncer l'échec de la stratégie actuelle des gouvernements et pour définir une vision en vue d'un changement radical. Le leadership vient des personnes aux premières lignes de l'inégalité, pas des politiciens. Les gouvernements et les dirigeants doivent suivre leurs appels pour une véritable #qualitédecombat.

LETTRE OUVERTE - LES DIRIGEANTS DU MONDE DOIVENT CESSER DE FAVORISER L’INEGALITE

Aujourd’hui nous sommes à un carrefour. Nous pouvons décider de rester sur la voie vers le fossé qui ne cesse de se creuser entre les riches et les pauvres. Ou bien nous pouvons choisir un monde meilleur.

Nous choisissons un monde meilleur. Nous ne dépendons pas de l’action des politiciens. Ils nous ont trompés. Nous ne nous attendons pas à ce que les puissants laissent tomber leurs privilèges et richesses. Nous savons que la réponse ne tient qu’a nous.

Partout dans le monde le people se rassemble pour insister sur une plus grande égalité et pour en finir avec les richesses démesurées. Nous croyons quant à nous qu’un autre monde est possible , un monde où tout le monde compte. Et où nous respectons la planète. Un monde où il’n’y aura plus de riches et puissants capables de contourner les règles. Les élites et les entreprises puissantes ne seront plus permises à truquer les systèmes en leur faveur. Pour ce faire, nous allons fortement remettre en cause la concentration du pouvoir entre les mains d’une élite minoritaire et insister sur un monde plus juste. En créant le monde que nos voulons, nous savons qu’il ne saurait y avoir rien sur nous sans nous. Ensemble nous lutterons # contre l’inégalité.

group of people

Nous constituons un groupe de associations de la société civile issus de milieux et de pays et réunissant de millions de membres. Nos dirigeants doivent cesser de favoriser la crise mondiale. Force est de constater que le changement radical s’annonce.

Nous nous trouvons à un moment extrêmement délicat de notre histoire où les richesses des 2,208 milliardaires sont cinq fois supérieures au revenu national de toute l’Afrique et où le salaire net des PDG des 100 plus grandes entreprises britanniques est 133 fois supérieur au salaire du travailleur moyen. La crise de l’inégalité renforce les injustices dans les domaines foncier et sanitaire, de l’éducation, des impôts, des droits des travailleurs et des femmes ainsi que les droits humains. L’inégalité détruit notre planète et renforce la crise climatique.

Nous sommes tous d’accord que nos dirigeants favorisent souvent l’inégalité. Trop souvent ils choisissent la voie vers le fascisme, le racisme et le sexisme. Nos sociétés sont dépouillées de toute humanité .Trop souvent les dirigeants choisissant la haine au lieu de l’espoir.

L’inégalité nuit à tous, elle menace nos démocraties, ronge la politique et mine nos économies. Elle donne lieu aux maladies mentales et à l’isolement accrus. Elle a débouchée sur une concentration incroyable des richesses alors que des millions sont affamés.

Nous savons que des sociétés plus égales favorisent l’humanité toute entière. Il est généralement accepté que l’inégalité corrompt la politique, limite la liberté des médias, freine la croissance économique et étouffe la mobilité sociale. Elle favorise le crime et les conflits violents.

L’inégalité ne concerne pas que les revenus et les richesses, mais il s’agit plutôt du pouvoir. L’inégalité galopante a été créée par le fait de trop de pouvoir entre les mains des plus riches et des entreprises puissantes. Elle dirige désormais notre politique. En l’absence de toute action visant la réduction rapide de l’inégalité, nous ne serons jamais à même d’atteindre une monde pour la majorité et non pas la minorité.

Cet écart croissant entre les riches et les pauvres émane des racines fortes et profondes. Elle est indissolublement liée à l’exploitation de la femme et au patriarcat. L’inégalité entre les genres se poursuit sur le plan universel, renforcée davantage par la concentration accrue du pouvoir et des richesses. Les femmes subissent l’inégalité tant en milieu urbain que rural, à l’école, au travail qu’il s’agisse des emplois de haut niveau ou bas niveau, au sein des relations, des mariages et de la vie familiale, exposées aux violences généralisées entrainant la crainte et l’impact psychologique profond et largement ressenti mais généralement accepté comme étant normal. L’inégalité est favorisée et à son tour, elle contribue aux autres formes d’inégalité solidement enracinées en matière des races, identités sexuelles, classes, castes, invalidités et groupes autochtones.

La crise de l’inégalité a atteint un niveau tel que les élites expriment leurs préoccupations. L’inégalité est inscrite régulièrement sur les programmes des institutions allant de Davos aux G7 ,aux Nations Unies et aux institutions financières internationales. Même le G7 a proclame que cette année, il luttera contre l’inégalité. Mais rien de positif n’a été entrepris par la majorité de nations et des institutions internationales vers la construction d’un monde plus juste. Beaucoup de pays a l’instar des Etats Unis ou du Brésil ont réduit les impôts des plus riches ainsi que ceux des entreprises, ce qui ne fait que renforcer la politique de la haine et de la cupidité.

Par contre nous devons briser le modèle économique néolibéral et reconnaitre le fait de son échec. Le mouvement grandissant du combat contre l’inégalité ne cessera d'œuvrer vers un monde qui mettra en place une nouveau modèle économique et qui mettre fin aux politiques et aux mesures qui renforcent l’inégalité. Nous sommes dirigés par les jeunes, les femmes, les mouvements sociaux-le peuple sur les lignes de front contre l’inégalité partout dans le monde. Les politiciens qui agissent pour le bien commun doivent se joindre à nous.

Nous mettrons fin à la suppression des militants et aux attaques perpétrées contre les droit populaires aux manifestations. Nous défendrons le droit fondamental du peuple à l’expression et à la remise en cause des dirigeants. Nos mettrons fin à la corruption de la politique par la richesse et le pouvoir privés et nous élirons des Gouvernements du peuple pour le peuple.

Nous mettrons fin aux politiques brutales d'austérité qui punissent les pauvres pour les crimes des riches.

Nous renforcerons les droits des travailleurs et les conventions collectives et assurer les salaires minimums décents.

Nos sociétés assureront la santé, l’éducation et l’eau pour tous et non seulement pour la minorité des bien nantis. Cela signifie la fin de la promotion de la privatisation de l’eau, de l’éducation et des soins de santé tout en appuyant les services publics universels gratuits. Il est également question de mettre fin à tous les partenariats publics-privés néfastes et discrédités.

Nos mettrons fin pour du bon aux réductions d’impôts et à l’évasion fiscale par les plus riches individus et entreprises. Les paradis fiscaux doivent être clôturés. Les entreprises et les riches doivent payer leur part équitable des impôts qui leur incombe.

Nous ne pouvons pas et nous ne voulons par rester le bras croisés tandis que notre monde est détruit par une élite riche. Nous construirons un monde juste pour tous et pour ce faire nous ne devons plus œuvrer pour la cupidité d’une minorité. Nous créerons une monde qui s’occupe des besoins de tous. Venez avec nous.

Pour la liste complète des signataires de la lettre ouverte, cliquez ici